gouvernance : de quoi parle-t-on ?

Oui les choses bougent, même pendant la trêve estivale :

  • Bruxelles envoi un message de blocage des tarifs de la paire de cuivre et des abonnements adsl jusqu’en 2020 ( Neely Kroes )
  • le ministre du développement productif tense les opérateurs télécom de rapatrier leurs centres d’appel et il organise avec sa ministre de l’économie numérique une réunion sur la Gouvernance du Très Haut Débit

Mais l’état des lieux est pitoyable voire alarmiste :

  • les derniers chiffres de production de prises raccordables en fibre optique sont en chute libre sur les 3 derniers trimestres -> il faudrait + 2 siècles pour couvrir la France !
  • les sommes réservées sur le « voletA » du grand emprunt ne sont pas affectées et le FAN n’est pas alimenté –> gestion catastrophique des finances publiques et blocages des investissements publiques
  • Free a arrêté tous ses investissements dans la fibre optique ; seuls les raccordements de ses antennes mobiles seront fibrées avec abandon des contrats syndic déjà signés ! –> hors jeux ! carton jaune avec immunité totale avec non respect d’engagement !
  • Orange et SFR, les 2 opérateurs engagés dans l’action AMII ( Appel à Motivation d’Intention d’Investissement) devant couvrir les zones Denses en ftth -fibre optique à domicile, ne s’engagent ni sur les dates de mise à disposition, ni sur le contenu exact de l’engagement ( prise dans le salon ou dans la rue ou dans le quartier) –> chèque en blanc avec l’argent du Grand Emprunt !

et les idées fausses continuent de faire leur chemin :

  • la fibre optique coûte « trop » chère. l’estimation Arcep entre nov 2010 et déc 2011 à diminué de … 50% ( de 35 Madrs à 21 Mards d’€) !!! –> mais au fait quel est le coût exacte et de quoi parle-t-on ?
  • le mobile avec la 4G va apporter le très haut débit. oui mais où ? dans combien de temps ? à quel prix ? et surtout avec quelle qualité de service ? –> la 4G est inexistante en France , ça ressemble à un leure ! même si en labo les débits annoncés sont époustouflants
  • pour quels services a-t-on besoin du Très Haut Débit ? –> voilà la VRAIE question et comment peut-on le démontrer car sans débit pas de service donc pas de démo et vice versa.

pour tenter de répondre à toutes ces interrogations :

  • mettons en avant les réalisations concrètes telles celles des premières RIP
  • donnons aux collectivités locales les moyens de leurs ambitions au lieu de les reléguer au rang de  » bouche trous » sur les zones  « moyennement denses »
  • organisons un TRAIN ou un CAMION de démonstrations des services en très haut débit qui sillonnerait notre hexagone et ferait la preuve, à travers des scénarii, de l’utilité, des possibilités, de l’inévitable nécessité de disposer d’une infrastructure aussi structurante que l’a été l’arrivée de l’eau courante, de l’électricité ou du bon vieux téléphone
  • comparons ce qui est comparable : le fibrage optique d’une petite commune dans le VAl d’Oise en zone moyennement dense est équivalent à la construction d’un Rond Point !
  • servons d’abord ceux qui le demandent et non ceux qui seraient « marketing-ment rentable » la réalité démontre l’erreur puisque le taux de prises raccordés/prises raccord-able en zone dense est de qq % alors que dans les zone moyennement denses il est supérieur à 25% voire 40% !
  • et surtout soyons malin et réutilisons les fourreaux existants soit issus du « monopole de France Télécom » qui appartient à la communauté et les très nombreux et intelligents travaux d’enfouissement réalisés par les collectivités locales ces dernières années et qui restent sous estimée et méconnue par la simple absence de standard logiciel entre les systèmes de SIG.

suivons l’appel d’Aurillac en 2011, celui de Valence en 2012 ainsi que le vote de « la petite loi » du Sénat qui n’a pas été ni étudiée et encore moins mise au vote de l’Assemblée Nationale pour raison de trêve électorale et pendant ce temps… le Temps passe et le retard s’allonge et la fracture s’agrandie

Publicités