la fibre optique à Bouffémont ou pas ?

juillet 2010-octobre 2014 … 4 ans déjà !
Que de chemin parcouru, que de belles avancées et que de déceptions ! …. petit historique et grand gâchis !

Un peu d’histoire :

Lorsque lors du conseil municipal de juin 2010 l’ensemble des conseillers municipaux, majorité et opposition, à l’unisson, ont adopté la proposition de M. le Maire de confier à Christian Dondrille, Citoyen de Bouffémont, ancien ingénieur télécom, la mission de tenter de faire sortir notre commune de l’ombre numérique, indigne de ce 21 ème siècle avec un débit internet parmi les plus faibles … du monde,

les plus optimistes à l’époque parlaient de débit multiplié par … 10 et sans vraiment y croire …

Aujourd’hui c’est un facteur 300 ! que la technologie peut nous offrir avec une qualité de service parfaite au point de ne plus s’en préoccuper du tout avec un confort même pas dans nos rêves de l’époque ! avec une technologie bien au point qui offre une solution faisant l’unanimité des experts : la Fibre Optique.

Le projet local :

Parti de loin, le projet a rapidement progressé grâce à l’engagement conjoint de quelques conseillers municipaux d’Ezanville, de Piscop et de Moisselles, des adhérents de l’Association « Très Haut Débit en Pays de France » créé en avril 2011, de son Président, Christian Dondrille et celle du Député de la 7 ème circonscription du Val d’Oise, Jérôme Chartier.
En quelques mois l’espoir a grandi très vite pour aboutir à un engagement entre l’Opérateur de Télécommunication Orange et le président de la Ccopf de l’époque, Jérôme Chartier, pour un juste rétablissement de l’injustice qui touche la grande majorité des internautes de Bouffémont-Moisselles-Piscop, c’est à dire passer tous les foyers de la Ccopf à un niveau de débit permettant d’obtenir le Triple Play cad la TV via internet et donc un débit internet de l’ordre de 4 Mb/s pour tous.
Cette mesure incluait naturellement le passage à la fibre otique pour les logements les plus défavorisés car les plus éloignés du « central téléphonique » (au delà des 5,5km fatidiques) cad les Village de Bouffémont, de Piscop et de Moisselle,

le Conseil Général du 95 :

Le Conseil Général du Val d’Oise s’organise et met en place son Schéma Directeur Numérique  SDAN, son comité d’aménagement numérique (CDAN) auquel l’association THD PdF participe activement et enfin vient d’officialiser la création du Syndicat Mixte Ouvert « Val d’Oise Numérique » lors de sa session du 13 février 2015.
Une réelle ambition de la part de son Président et de la mission THD (Mires) mais un certain nombre d’élus locaux, commune et EPCI, restent à convaincre…

Le Conseil Général avance avec :

  • la publication de son SDAN en juin 2012
  • la signature de 2 conventions avec les 2 principaux Opérateurs de Télécom privés Orange (250 000 prises optiques) & SFR ( 125 000 prises optiques), en 2013
  • la création d’un comité CDAN, organe de suivi du bon déroulement du Schéma Directeur, dont notre association est membre à part entière,
  • et enfin la toute récente création d’un Syndicat Mixte Ouvert –Val dOise Numérique- en charge de lancer et gérer une délégation de service publique (DSP) pour le fibrage des territoires non pris en compte par les opérateurs privés ( environ 75 000 prises optiques)

Mais à ce jour, un  gout amer …

En effet l’engagement pris en février 2012 par l’opérateur Orange suite aux négociations avec le Président de la Ccopf de l’époque et l’association Très Haut Débit en Pays de France, devait permettre de réduire l’injustice numérique, mais la prise de conscience au niveau de l’importance de l’enjeu pour notre territoire tant résidentiel que professionnel, tant pour le bien être des habitants que pour l’essor économique de nos zones d’activités, n’a pas eu lieu dans la tête de tous nos élus,

La décision par Orange de privilégier le quartier des Hauts Champs, avec en priorité les immeubles HLM de 12 logements minimum puis les petits immeubles puis enfin les zones pavillonnaires du domaine de l’Orme et des Maréchaux, quartier déjà bénéficiaire du triple Play, n’a fait qu’accroitre le fossé numérique pour les résidents du vieux Village toujours coincés à un débit < 1 Mb/s pour au moins … 6 années supplémentaires.

rappel : une forte part de responsabilité incombe à la Communauté de Commune qui est l’entité minimum avec laquelle Orange souhaite dialoguer.

et si la solution venait par le mobile ?

En effet certains organismes privés tels le centre médical Jacques Arnaud ont investi récemment sur leurs fonds propres pour faire installer des antennes de téléphonie mobile 4G, alimentées par … de la fibre optique qui utilise les fourreaux prévus initialement pour le fibrage des particuliers du Village.
Une fois encore le quartier des Hauts Champs a été choisi par la municipalité et l’Opérateur Orange pour y installer une antenne 4G ! ( construction en cours, permis de construire accordé par la Mairie fin 2014)

Alors pourquoi ne pas en profiter !

MAIS attention à sa facture car le principe des abonnements internet mobile est basé sur un volume maximum de données échangées dans le mois et un rapide calcul donne un temps d’utilisation très court si on est au débit maximum offert.

Et pourtant le miracle est réalité …

pour certains de nos concitoyens qu’ils soient au cœur de la capitale ( place de la République, dans le XV ème ou le XIII ème ), en province reculée telles le cœur de l’Auvergne ( Vic sur Cère), dans la campagne Normande ( Touques), ou même à Ermont dans la banlieue du Val d’Oise toute proche de nous, c’est 200Mb/s en descendant et 50Mb/s en remontant soit 200 fois plus rapide que le débit dont dispose les habitants du Village de Bouffémont !
(voir les reportages photos en annexe dans ces différents lieux)


Laisser un commentaire

Publicités

Une réflexion sur “la fibre optique à Bouffémont ou pas ?

Les commentaires sont fermés.